Mr Fantasme (6è partie)




Mr Fantasme - 6ème Partie


« Wouhou c'est trop cooool ! »

Bill était une nouvelle fois plus qu'excité. Ils parlaient de ce voyage depuis quelques mois à présent et voilà qu'ils le commençaient enfin. Le couple avait loué un camping-car et il partait en voyage deux semaines. Bill en avait envie depuis très longtemps. Au départ, Tom avait proposé un petit séjour dans un camping mais en voyant la tête du brun il s'était rapidement ravisé. Oui Bill n'était pas vraiment pour l'inconfort d'une tente et préférait largement partir en camping-car, petit nid douillet pour lui et Tom durant plusieurs jours. Ils avaient tracé un itinéraire et les voici à présent parti pour deux semaines à travers les routes.

Pour débuter, Tom était au volant. En même temps, cela ne faisait pas si longtemps que ça que Bill avait son permis mais il ne fallait pas non plus tenter le diable vu la taille du camping-car. Le dreadeux était donc en train de conduire pendant que Bill s'extasiait de tout alors qu'ils n'avaient même pas encore quitté leur ville.

« Han mais ça va être trop génial ! Toi et moi sur la route pendant deux semaines ! Le bonheur ! »
« Oui en effet. Mais si tu continues à gesticuler comme ça à côté de moi je te vire du camping-car ! »


Bill se stoppa instantanément.

« T'oserais ? »
« Ah mais carrément. »


Bill ouvrit grands les yeux et ne dit plus rien, se contentant de rester sur son siège, observant le paysage. Mais forcément, c'était Bill alors très vite, la radio fut allumée et l'androgyne se mit à chanter. Tom leva les yeux au ciel mais ne dit rien. Il en avait l'habitude depuis le temps. En tout cas, le voyage allait être bien long.

Mais contre toute attente, les premiers jours furent un pur bonheur. Mis à part la casserole cramée que Bill avait laissé sur la plaque de cuisson ou encore la panne de batterie puisque Bill avait oublié de brancher le camping-car durant une nuit. Enfin c'était Bill quoi, c'était habituel maintenant pour Tom. D'ailleurs, le dreadeux était en train de prendre un sacré virage.

« Oh mon Dieu on va mourir ! »
« Bill arrête de raconter des conneries aussi grosses que toi et laisse-moi conduire. »
« Je ne suis pas gros ! »
« Non mais... »


Et là Tom ne dit rien de plus car le camping-car fit un drôle de bruit et tira vivement sur la droite. Forcément, Bill se mit à crier.

« Je t'avais dit qu'on allait mourir ! »

Tom resta proche du bord de la route et finit par se garer. Bill avait les mains sur les yeux et tremblait comme une feuille. Le blond posa sa main sur son épaule ce qui le fit sursauter en hurlant. Tom ne fit que rire tout en sortant du camping-car pour aller voir ce qu'il s'était passé. Et là il soupira. Une roue avait crevé. Génial et vu les talents de Bill pour la mécanique, le dreadeux allait devoir se démerder tout seul. Il prit donc tout ce qu'il fallait et l'androgyne daigna enfin sortir du véhicule, sa peur panique enfin passée. Et là il ne put retenir un rire en voyant Tom tentant de changer la roue. Chose qu'il réussirait sans aucun doute si Bill arrêtait de se marrer pour rien.

« Tu m'expliques pourquoi tu te marres comme ça ? »
« Ben... Te voir essayer de... C'est juste énorme ! »
« Oui enfin si j'avais un petit-ami qui m'aidait au lieu d'un petit-ami qui ne fait que regarder en se marrant comme une baleine. »
« Je ne suis pas gros ! »


Deux fois que Tom sous-entendait qu'il était gros. Bill allait vraiment commencer à le prendre pour lui et finirait par faire grandement attention à son poids. Oui il allait faire ça parce-que si jamais il était gros, il ne ferait plus envie au dreadeux et ça il ne voulait surtout pas. Bref ils ne mirent pas trop longtemps à attendre. Encore heureux pour eux que Tom savait changer une roue même si au passage Bill avait fait retomber le cric en donnant un coup de pied dedans sans faire exprès et que Tom avait failli mourir écraser sous le camping-car, mais encore une fois, ce n'était qu'un détail. Les amoureux reprirent donc la route mais Bill boudait toujours.

« Oh non Bill tu ne vas quand même pas te mettre à faire la gueule pour ça. Tu sais très bien que tu es parfait. »
« Ah ben non je ne le sais pas puisque mon petit-ami n'arrête pas de faire des allusions au fait que je suis... Comment déjà ? Ah oui gros ! »
« J'ai emmené les DVD de Queer As Folk. »
« Han sérieux ?! Génial Tomi t'es le meilleur ! »


Et Bill avait déjà oublié ce pour quoi il boudait pour partir à l'arrière regarder ses épisodes favoris de la série. Tom ne fit que sourire, il avait réussi, une nouvelle fois. Il le connaissait vraiment par c½ur. En tout cas, le voyage promettait d'être haut en couleur vu le caractère de Bill et sa chance naturelle pour les gaffes.

Trois jours étaient passés. Trois journées des plus tranquilles pour les deux amoureux. Bien que Bill avait réussi à animer ces quelques jours à sa manière, comme à chaque fois. Pour le moment, ils étaient en train de se promener dans un petit chantier boisé mais déjà, Tom n'en pouvait plus. Ben oui, l'androgyne n'arrêtait pas de chantonner des airs tous plus idiots les uns que les autres. Bien évidemment, Bob l'éponge y était passé tout comme les sonneries les plus stupides qu'on pouvait voir en publicité à la télé. Et autant le dire, Tom ne supportait mais vraiment plus. Comme Bill était devant lui, il en profita pour s'écarter du chemin indiqué, laissant donc le brun tout seul qui mit quelques minutes à se rendre compte qu'il était tout seul.

« Alouette je te... Tom ? Chéri t'es où ? Tom ? »

Le dit Tom n'était pas si loin à vrai dire mais il s'amusait juste à faire stresser l'androgyne. Au moins de cette manière il ne l'entendait plus chanter, c'était déjà ça. Maintenant il allait devoir faire face aux cris de peur du brun.

« Tom ? Arrêtes ce n'est pas drôle là ! T'es où ? Tom ? »

Le dreadeux restait toujours bien caché pour que Bill ne puisse pas le voir. Sauf qu'il ne fallait pas que ça dure trop longtemps sinon Bill allait très mal le supporter.

« Tom ?! »
« Je reviens uniquement si tu arrêtes de chanter. »
« Q-quoi ? »
« Tu as très bien entendu. Sinon je ne reviens pas et je te laisse là. »
« Encore des menaces ?! Et pourquoi je n'aurai pas le droit de chanter ?! »
« Tu en as le droit Bill, juste que les chansons que tu choisis... »


Bill ne répondit pas tout de suite. Non mais Tom se foutait de lui là ! Il n'avait pas le droit de lui faire un tel chantage !

« Tu me réponds quand tu veux Bill. Pendant ce temps moi je te laisse là et je retourne au camping-car... »
« Non tu n'as pas le droit de m'abandonner ! Non assistance à personne en danger ! »
« Oh et en quoi tu es en danger là ? »
« Tu le sais aussi bien que moi... Je suis nul quand il s'agit de retrouver mon chemin, j'y arrive pas... Promis j'arrête de chanter tout ça mais me laisse pas Tom... »


Et voilà, les craintes de Bill refaisaient surface, il ne supporterait pas que Tom l'abandonne et cette idée le rendait vraiment malade. Il ne bougeait plus et avait le visage baissé, ses doigts jouant entre eux. Tom n'attendit pas un instant de plus et revint vers lui, doucement, collant son torse à son dos et l'entourant de ses bras.

« On y retourne ? Mais... »
« Je ne chante plus je sais... »


Tom ne fit que sourire avant de déposer un baiser dans le cou du brun tout en le serrant un peu plus contre lui pour lui murmurer qu'il pouvait chanter quand il le voulait, du moment que Tom appréciait la chanson il n'y avait aucun souci. Ils se dépêchèrent de rentrer car, comme à chaque fois qu'il ressentait de la peur ou quelque-chose du genre, il avait besoin d'être rassuré, à sa manière. Autrement dit, il voulait à tout prix que Tom lui fasse l'amour. Et c'était à présent ce qu'ils étaient en train de faire. Enfin, ce qu'ils s'apprêtaient à faire. Ils venaient donc de rentrer dans leur camping-car, s'embrassant avidement, se caressant, se frottant l'un à l'autre. Ils étaient donc pires qu'excités. Tom fit en sorte que Bill s'assoit sur la petite table à manger du véhicule après lui avoir retiré le peu de fringues qu'il avait. Ils étaient tous les deux nus.

« Han Tom... Je ne suis pas... Préparé... »
« On s'en fout Bill... Depuis le temps ça glisse tout seul là. »


Chose à ne pas dire bien évidemment. Bill en ouvrit grands les yeux et son excitation partit en un instant.

« Attends tu m'expliques le 'ça glisse tout seul' ? »
« Quoi ? Han mais non Bill tu m'as bien compris c'était juste... Enfin voilà depuis le temps tu t'es habitué à moi et... »
« Ah ouais donc c'est pour ça que tu peux rentrer en moi sans avoir besoin de me préparer. Tu te fous de moi là ou quoi ? »
« Mais non ! Bordel Bill c'était dans le feu de l'action et puis t'aimes bien quand on fait ça comme ça et... Et merde voilà maintenant c'est foutu tu bandes plus et moi... »


En effet, le brun ne bandait plus du tout tandis que Tom lui était toujours aussi excité.

« Bill tu ne pourrais pas juste faire en sorte de me... »
« De quoi ? Que ça glisse tout seul aussi ? »
« C'est bon j'ai compris. Oublie, j'vais me démerder. Une douche froide sera la bienvenue. »


Sauf qu'il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit. Bill lui avait bloqué le passage et s'était déjà agenouillé devant lui, prenant son sexe en bouche. Tom couina mais tenta de se concentrer pour rester debout alors que Bill le suçait divinement bien. Il se retenait comme il pouvait au premier meuble qui était là tandis que son autre main se mêlait aux mèches brunes de Bill qui s'appliquait vraiment à cette fellation. En même temps c'était connu qu'il aimait faire ça alors il ne risquait pas de rechigner à la tâche. Tom ne mit pas longtemps à venir dans la bouche de son homme dans un gémissement rauque. Bill remonta lentement le long de son corps, restant proche de son visage.

« Putain... Mon Ange à chaque fois c'est si... »
« Ne me redis plus jamais une chose pareille ou ma bouche tu n'y auras plus le droit. »
« Tu ne pourras pas t'en passer. »
« Tu crois ça. »
« Je le sais. »


Et il ne le laissa pas répliquer, l'embrassant amoureusement. Et comme prévu, Bill ne répliqua rien du tout. Il ne fit que se rhabiller, laissant Tom aller se prendre une douche pour qu'il se remette de ses émotions.

Trois jours étaient passés. Bill se réveillait tranquillement alors qu'il entendait du bruit provenant de dehors. Non mais c'était quoi ce délire ? Il regarda l'heure et remarqua qu'il était 9 heures du matin. Or il savait très bien que Tom ne revenait jamais avant 9h30. Pourquoi ? Tout simplement parce-que le dreadeux avait pour habitude de courir une petite heure chaque matin pendant ses vacances – du coup, Bill ne considérait pas trop qu'il était en vacances mais ça, c'était juste une autre opinion. Bill était donc en train de paniquer intérieurement. Qui pouvait bien être en train de faire du bruit alors que Tom ne devait pas revenir avant une bonne demi-heure ? L'androgyne se leva, les cheveux complètement en vrac et en boxer et s'arma de la première chose qu'il trouva : son lisseur. Il s'avança timidement vers l'avant du camping-car, se rapprochant peu à peu de la porte, son lisseur prêt à servir si jamais un bandit débarquait pour le violer – oui Bill avait une imagination débordante dans ces moments-là. Il avança dons sa main vers la poignée de la porte, main tremblante en passant, et l'ouvrit d'un coup, brandissant son lisseur. Mais il se stoppa net dans son geste quand il tomba sur... Tom.

« Putain mais c'était toi ?! »
« Ben tu voulais que ça soit qui d'autre en même temps ? »
« Mais tu ne rentres jamais avant 9h30 de ton footing ! »
« Ben là si ! Et t'allais faire quoi avec ton lisseur ? »
« Oh euh ben... Je... »
« Bill... »
« Ben me lisser les cheveux quelle question. »
« A 9h du matin. Alors qu'en vacances tu ne décoinces pas avant 10h minimum. »
« Oui et alors ? »
« Bill... »
« Très bien... J'ai que cru que tu... Étais un voleur. »


Tom ouvrit grands les yeux en l'entendant avant de littéralement exploser de rire. Ce qui vexa tout de même le brun.

« Mais quoi ? C'est de ma faute à moi si j'entends du bruit et que je prends peur alors que je croyais que tu n'étais pas là ?!! »
« Ouais et tu penses qu'avec un lisseur tu arriveras à tuer quelqu'un. »
« Tu sais pas ! Si mon lisseur est chaud et tout ! »
« Oh parce-que tu prendrais soin de le faire chauffer avant ? »
« Hein ? Mais... Je... Tu... Oh tu m'énerves ! J'ai eu peur voilà ! »


Tom ne put retenir un nouveau rire avant de prendre son homme dans ses bras, lui murmurant quelques mots des plus rassurants à l'oreille. Non mais Bill s'inquiétait vraiment pour tout quand il s'y mettait. Et c'était toujours aussi mignon à voir. Non vraiment, ces vacances étaient des plus merveilleuses et ça le serait toujours, ils le savaient tous les deux. Bill n'avait vraiment aucune inquiétude à avoir, le dreadeux l'aimerait malgré sa maladresse naturelle. Et puis, c'était sans doute ce qui leur permettait d'avoir un peu de folie dans leur vie de tous les jours.


[ ... ]


« Bill, il faut qu'on parle. »

Ces quelques mots firent battre le c½ur de l'androgyne à une vitesse hallucinante. Tom avait prononcé ces mots alors qu'il était entré dans le salon. Il avait un air plus que sérieux sur le visage. Bill avait vite fait d'éviter de regarder le dreadeux, restant fixer sa télé. Il n'était que 11 heures du matin et Tom voulait parler sérieusement ? Bill s'en méfiait. La dernière fois qu'il lui avait dit une chose pareille, c'était pour le faire venir à un repas dans sa famille alors que la mère de Tom ne faisait que l'étouffer dès qu'il était là. Alors là d'un coup, Bill avait tous les scénarii possibles à l'esprit. Mais surtout il se disait qu'il valait mieux pour lui d'ignorer ce genre de phrase. Il resta donc fixer la télé. Le brun était simplement vêtu d'un boxer et d'un des tee-shirts larges de Tom. Il faisait mine d'être absorbé par le programme télé bien qu'en fait, le dessin-animé de Batman ne lui plaisait pas tant que ça. Il sentit le canapé s'affaisser à ses côtés mais il ne tourna pas la tête pour autant.

« Bill... »

Mais Bill ne répondit rien et continua à faire croire qu'il était passionné par l'homme chauve-souris. Il sentit alors des doigts chauds et familiers se poser sur son menton pour lui tourner le visage. Ses yeux rencontrèrent ceux couleur noisette du blond. Il soupira légèrement.

« Ne me dis pas qu'on a encore un repas chez ta mère hein. »
« De quoi ? Ah mais non. »
« Ben quoi alors ? J'aime pas quand tu dis cette phrase. T'es muté c'est ça ? On va devoir vivre séparés ? T'as couché avec un de tes élèves ? Tu veux couper tes dreads ?! »
« Non mais non... Hey, mais le truc le plus grave pour toi c'est que je coupe mes dreads ? »


Bill fit une légère moue. Il avait déjà dit à Tom qu'il avait littéralement craqué sur ses dreads et qu'il avait interdiction de les couper. Bill ne le supporterait pas et cela pourrait être une cause de rupture. Enfin, non. Il ne pourrait jamais se séparer de son Fantasme même si ce dernier se coupait les dreads. Mais ce qui était certain, c'était qu'il lui en voudrait énormément et pendant un bon moment. Tom grogna légèrement et Bill en sourit avant d'attraper la main du dreadeux et de lier leurs doigts.

« Bon alors ? Tu voulais me dire quoi ? »
« Ça te dirait qu'on se pacse ? »


La seule réponse de Bill à l'instant fut d'ouvrir les yeux en grand. Il avait bien entendu là ou quoi ? Tom voulait qu'ils se pacsent ? C'était une nouvelle forme d'engagement tout ça. Un peu plus et c'était une forme de mariage. Le c½ur du brun s'était accéléré. Il ne savait pas trop comment réagir. Il n'aurait jamais pensé que Tom irait jusqu'à le demander en mariage. Bill s'imaginait déjà dans un costume blanc et Tom dans un costume noir – parce-que oui, le noir lui allait parfaitement bien - devant un maire ou un truc du genre pour immortaliser leurs v½ux. Mais ce que Bill ne savait pas, c'est que le dreadeux ne voyait pas tout à fait ça de cet ½il-là. Et en quelques mots, il fit descendre Bill de son petit nuage.

« Parce-que j'ai vu notre banquier l'autre jour et sérieux, ça sera beaucoup plus facile de faire un compte joint et puis même, pour les papiers de l'appartement et tout ça. Enfin bref, ça sera beaucoup plus facile pour nous. »

En fait, la descente fut plus que brutale. Bill s'écrasa au sol mais tenta de garder sa contenance. Tom sentit tout de suite que quelque-chose n'allait pas quand il sentit les doigts de l'androgyne filer d'entre les siens.

« Tu ne veux pas, c'est ça ? »
« Ah euh si ! Si bien sûr. Après tout si cela peut nous permettre de faciliter la paperasse hein... »


Il fit un léger sourire à Tom. Le blond embrassa doucement le front du brun et se leva pour aller préparer à manger. Il n'était que 11 heures mais Tom adorait préparer de bons petits plats le dimanche midi. Le sourire de Bill se fana alors qu'il vit le blond disparaître dans la cuisine. Il soupira légèrement et ramena ses jambes contre lui, déposant sa tête sur ses genoux.

« Mais je m'en fiche des papiers moi... En plus c'est pas moi qui les fais... »

Et c'était vrai. A chaque fois qu'il y avait une facture ou autre chose, c'était Tom qui s'en occupait. Ce qui valait assez souvent une engueulade de la part du dreadeux car de cette manière il voyait la moindre des dépenses de Bill dans ses boutiques de vêtements préférées. Enfin bref, tout ça pour dire que Bill ne voulait pas se pacser pour simplement facilité le remplissage des impôts quoi. Il voulait le faire pour une toute autre raison. Il pensait que Tom l'aurait fait en priorité parce-qu'il l'aimait et que le PACS était comme une façon de se marier pour les couples gays. Mais il s'était bien trompé. Il soupira une nouvelle fois et se remit à regarder la télé sans grande conviction. 'De toute façon, Batman il est nul' pensait le brun. Et puis en fait, cette journée commençait avec une certaine déception au final.

Deux semaines étaient passées. Bill et Tom venaient de signer les papiers et étaient enfin pacsés. Mais cela laissait une certaine amertume dans le c½ur de Bill. Il avait espéré durant tout ce temps que Tom changerait d'avis. Enfin non, mais qu'il changerait plutôt de motivation. Le brun n'en revenait toujours pas que le dreadeux avait gardé cette simple idée en tête. Penser se pacser uniquement pour faciliter la paperasse... Bill l'imaginait tout de même plus romantique que ça mais non, rien du tout. Il profita que Tom devait aller voir un ami à lui pour appeler ses deux meilleures amies et leur en parler. Il ne pouvait définitivement pas garder ça pour lui. L'androgyne était en train de tourner en rond dans le salon quand il entendit enfin la sonnette. A peine avait-il ouvert qu'une mini-tornade envahit son appartement.

« Oh non Aurélie... »
« Ben si ! Tu m'as dit de venir tout de suite et moi ben j'ai Théo à m'occuper. »


Bill soupira légèrement et laissa ses amies rentrer après leur avoir fait la bise. Il les amena au salon et s'assit sur le canapé. A peine l'avait-il fait que Théo débarqua. Il adorait son parrain Bill alors forcément, dès qu'il le pouvait, il le collait sans le lâcher. L'androgyne essaya de ne pas y faire attention.

« Les filles, je vous ai appelées parce-que... »
« Tonton Billou ! »
, le coupa le petit garçon.

Bill soupira une nouvelle fois et tourna son regard vers Maëva.

« Ça j'suis sûr que c'est de ta faute. T'es presque la seule à m'appeler comme ça. »

Et pendant ce temps, Théo s'amusait à tirer sur les cheveux de Bill mais ce dernier fit comme si de rien n'était tout en gardant son air sérieux. La scène était pour le moins comique et les filles avaient du mal à se retenir de rire.

« Non mais tu vois Aurélie ! C'est impossible de parler sérieusement avec lui dans les parages ! »
« Allez Théo. Va jouer avec le sac de maman. »
« Ouais ! »


Et le petit partit en courant laissant enfin les adultes tranquilles entre eux. Aurélie croisa les bras en fixant son ami.

« J'espère que tu sais quel genre de sacrifice je viens de faire pour toi. Mon sac à main quoi. Dans dix minutes je retrouverai toutes mes cartes de crédit et mes tampons étalés sur le sol de ton entrée. »
« Ouais ben épargne-moi les détails hein
, dit Bill en faisant une légère mine de dégoût rien que d'imaginer. Bref, je vous ai fait venir parce-que... Voilà, Tom et moi on... »
« Va adopter un gosse? »
« Non. Tom et moi on... »
« Va adopter un chien ? »
« Non ! On s'est pacsés aujourd'hui ! »


Les filles retinrent leur souffle et finirent par crier avant de se jeter sur leur meilleur ami. Elles étaient vraiment plus heureuses que jamais pour le brun. C'était un pas en avant pour leur relation. Sauf qu'elles trouvèrent étranges que Bill n'ait pas l'air si heureux que ça après avoir dit tout ça. Elles se séparèrent doucement du brun et virent qu'il avait un léger regard triste. Maëva attrapa l'une des mains de Bill et Aurélie en fit de même. L'androgyne se dit alors qu'il avait vraiment de la chance d'avoir ses amies auprès de lui.

« Bill, dis-nous ce qu'il y a. », intervint Maëva.
« Je... J'ai été heureux qu'on se pacse oui mais c'était si... Rapide. Enfin je pensais qu'on aurait fait une fête et tout et puis... Je ne sais pas. Il m'a donné la raison de son envie de se pacser et... »
« Et quoi ? »
, intervint Aurélie.
« Il..., commença le brun, les larmes aux yeux. Il m'a dit que c'était uniquement pour remplir les papiers, que ça serait plus facile. C'est... Je pensais qu'on ferait ça par amour, parce-qu'on voulait vraiment avancer et... Je voyais ça comme un mariage moi mais lui il... Sa raison je...

Et Bill ne put pas se retenir plus longtemps que des larmes dévalèrent lentement ses joues. Il n'avait pas pu les retenir. Il se sentait stupide. Il ne savait pas vraiment pourquoi il pleurait. En fait si, il le savait mais il ne voulait pas que les filles le voient dans un état pareil pour ça. Enfin ça... Non, ce n'était pas rien du tout à ses yeux. Maëva prit directement Bill dans ses bras pendant qu'Aurélie se leva pour aller lui préparer un café, seule chose qui pouvait le calmer dans un moment pareil en dehors de Tom. En passant dans le couloir, elle remarqua Théo qui s'amusait avec son rouge à lèvres. Elle lui sourit légèrement et se rapprocha de son fils.

« Tu vas voir Tonton Billou ? Il ne va pas très bien. »

A peine ces mots prononcés que le petit courut en direction du salon. La jeune femme prépara le café et revint quelques minutes plus tard avec celui-ci dans les mains. Elle put voir un Bill qui tenait la main de Maëva dans la sienne et Théo qui ne quittait pas les bras de l'androgyne. Au passage, le brun avait une légère trace de rouge sur la joue, sans doute un des fameux bisous du petit qui ne voulait pas voir son parrain pleurer. Aurélie tendit sa tasse au brun qui la prit avec sa seule main de libre. Les deux jeunes femmes se regardèrent et surent directement à quoi elles pensaient. Mais elles ne furent pas les seules.

« Non, ne lui dites rien. Il ne sait pas que ça me fait ça. Il n'a pas dû comprendre que je voulais plus que ça. C'est pas si important que ça. »
« Bill... »
, commença Maëva.
« Non. Il ne doit pas savoir. Il ne... »
« Il doit savoir,
, le coupa Aurélie. « Il doit savoir ce que tu ressens Bill. Tu t'imagines continuer votre histoire alors que tu ressens ça ? Il doit le savoir. »
« Oui mais je... Je ne vais pas oser le lui dire. »
« Il le faudra pourtant Billou... »
, termina Maëva tout en caressant doucement la joue du brun.

Bill se disait alors qu'il avait une chance incroyable d'avoir des amies aussi formidables. Au moins elles lui avaient permis d'exister à nouveau et de briller aux côtés de Tom. Grâce à elles il pouvait parler de tout, de ses doutes, de ses peurs. Les filles restèrent un petit moment à câliner leur Bill et Théo ne quittait plus ses bras. Le petit ne montrait pas forcément souvent son attachement mais avec Bill c'était tout autre chose. Tout ce petit monde partit deux bonnes heures plus tard et juste à ce moment-là Tom rentra. En le croisant, les filles lui dirent bonjour mais Théo ne rata pas son coup. Il donna un magnifique coup de poing –digne de sa force d'enfant- dans les parties de Tom qui étouffa un cri.

« Tiens ! Ça c'est parce-que tu fais pleurer tonton Billou ! »

Aurélie ne manqua pas d'engueuler le petit sans oublier de rire en voyant le pauvre Tom qui n'avait mais rien compris du tout sur le coup. Bill avait accouru et fit un clin d'½il à son filleul avant d'aider Tom à aller s'asseoir. Ben ça faisait mal mine de rien quoi. Bill s'assit à ses côtés.

« Ça va aller ? »
« Si on veut. Putain mais il a une force ce gosse ! »
« Je m'en doute. Désolé. Tu veux un massage peut-être. »


Bill posa tranquillement sa main sur l'entre-jambe du dreadeux et commença à l'y masser. Tom se mordit la lèvre inférieure mais repoussa la main du brun.

« Pourquoi il m'a dit ça Théo ? Que je t'ai fait pleurer ? »
« Oh ce n'est rien. J'ai juste trébuché sur un truc à toi. Ce n'est rien. Allez, je dois préparer à manger. »


Bill se leva et partit dans la cuisine préparer à manger. Mais Tom n'était pas dupe. Il avait bien remarqué cette lueur de tristesse dans le regard de Bill. Il ne le connaissait que trop bien à présent. Le brun ne pouvait vraiment plus rien lui cacher. Il soupira légèrement. Il se doutait déjà de ce qui n'allait pas. Mais c'était aussi à Bill d'en parler. Bien qu'il se doutait que l'androgyne ne le ferait pas. Il soupira légèrement et rejoignit son amoureux dans la cuisine pour l'aider à préparer le repas du soir.

Deux semaines étaient passées. Bill n'avait toujours rien dit à Tom. Et il comptait ne rien lui dire. Après tout, il fallait bien qu'il soit heureux de ce qu'il avait. Il s'était pacsé avec l'homme qu'il aimait et rien que ça c'était énorme. Combien de mecs étaient prêts à passer le cap du PACS avec leur conjoint ? Pas beaucoup. Alors le brun devait se tenir à ce qu'il avait. Bill rentrait de son travail assez tard pour un vendredi. Il avait prévenu Tom qu'il avait une réunion plutôt tardive et qu'il arriverait sans doute pour l'heure du dîner. L'androgyne était toujours en tenue de travail. Bien que le costume noir et la chemise blanche qui dépassait au niveau des manches et entrouverte sur son torse lui allaient parfaitement bien. Bill se gara donc dans la cours de son immeuble et monta les deux étages qui le menaient à son appartement. Il soupira une dernière fois et tenta un beau sourire pour rentrer et voir son homme qui allait l'accueillir. Sauf que quand il entra, il n'y avait pas que Tom.

Le brun resta bloqué à la porte quand il vit tout le monde qui était réunis sur place et qui venait de crier un superbe 'Surprise !'. Pour être surpris, il l'était vraiment. Tous les gens qu'il aimait étaient réunis dans son appartement. Même ses parents et sa s½ur ! C'était pour dire que Tom avait vraiment réunis tout le monde. En sursautant, Bill avait même failli tomber mais s'était retenu à la poignée de la porte. Tom avait accouru vers lui.

« Ça ne va pas ? », s'inquiéta le dreadeux.
« Hein ? Ah euh si si mais je... Pourquoi vous êtes tous là ? C'est pas mon anniversaire et je... C'est ma fête c'est ça ? J'connais pas de Saint Bill pourtant et... »
« Je les ai invités. »
« Mais pourquoi ? »
« Il faut bien que l'on fête notre PACS non ? »


Bill en fut totalement abasourdi. Pourtant il ne se souvenait pas avoir parlé de ça. Il tourna automatiquement le visage vers Aurélie et Maëva mais celles-ci secouèrent la tête. Elles n'avaient donc rien dit. Tom capta alors le regard de Bill vers ses amies et comprit presque aussitôt.

« Alors c'était ça ? »
« De quoi ? »
« Ce qui te rendait triste. Tu aurais pu me le dire tu sais Bill. »


Tom le prit contre lui et déposa un baiser sur sa tempe. Bill en avait la gorge serrée. Tom avait donc tout compris depuis le début. Leur relation était telle qu'ils pouvaient savoir ce que l'autre désirait ? Jamais Bill n'avait vécu ça et jamais il ne le vivrait avec quelqu'un d'autre que Tom, il le savait. Il alla donc dire bonjour à tout ce petit monde avant de crier de joie et de sauter dans les bras d'un jeune homme.

« Allan ! Putain mais t'es venu ! T'es revenu depuis quand et tu... Oh putain mais j'y crois pas ! »

Bill était à la limite de pleurer. Allan était un vieil ami du brun. Il était parti aux Etats-Unis pour continuer ses études et l'androgyne ne l'avait pas revu depuis au moins deux ans. Ils s'envoyaient régulièrement des mails pour se tenir au courant de la vie de l'autre. Bill ne voulait plus le lâcher. Il était tellement heureux de le voir là, de l'avoir dans ses bras.

« Mais comment tu... Mais t'es arrivé quand ?! »
« Hier
, répondit Allan. Je suis arrivé exprès pour cette petite fête. Tom attendait que je puisse venir pour fêter cet engagement pour vous deux. J'suis fier de toi Bill. De vous. »

Bill lança alors un regard à Tom qui parlait avec ses parents. Dans son regard, un amour incommensurable pour le dreadeux. Le blond releva les yeux vers son brun et lui sourit légèrement. Bill mima un 'je t'aime' avec ses lèvres auquel Tom répondit par un 'moi aussi'. La soirée put alors vraiment avoir lieu. Tout le monde s'amusait, riait, buvait. C'était vraiment la soirée dont rêvait Bill pour fêter ça. C'était comme une union avec Tom et il voulait que les gens les plus importants de sa vie soient là pour le fêter avec lui. Juste avant le dessert, Tom se leva et alla chercher quelque-chose dans leur s chambres. Il avait réussi à les avoir pour aujourd'hui et c'était plus que parfait. Il respira un grand coup et retourna auprès de ses invités. Il jeta un coup d'½il à Aurélie et Maëva qui firent signe aux autres de se taire. Bill se demanda pourquoi plus personne ne parlait et finit par regarder Tom qui s'approchait de lui.

« Tom ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Y a une mauvaise nouvelle c'est ça ? »
« Non, ce n'est pas vraiment ça. »
« Ben c'est quoi alors ? J'ai fait cramer un truc dans la cuisine ? J'ai oublié de donner à manger au chat ? »
« Non non mais... Hey depuis quand on a un chat ?! »
« On n'en a pas mais j'voulais juste dire ça. »


Tom ne fit que sourire en l'entendant. Vraiment, Bill ne changerait jamais. Tom se rapprocha de lui et vint l'attraper par la main pour qu'il se lève.

« Tom dis-moi s'il-te-plait. Je commence à avoir peur là... »

Le dreadeux passa doucement sa main sur la joue du brun avant de plonger sa main dans sa poche.

« Tu sais, au départ, cette idée de PACS n'était pas que pour les papiers ou autres formalités. J'ai toujours voulu aller plus loin avec toi. J'ai toujours voulu voir plus loin pour nous deux. Tu es vraiment tout pour moi Bill. Tu es mon oxygène. Tu me fais rire. Tu m'aimes. Et rien que ça suffit à mon bonheur. J'espère juste te rendre suffisamment heureux pour que l'on continue un bout de chemin ensemble. Ce PACS n'est pas qu'une signature. J'ai signé comme pour prouver à tout le monde que je t'appartiens et que je ne serai qu'à toi. Or je trouve qu'il manquait quelque-chose à cet acte... »

Bill avait les larmes aux yeux tout au long du discours de son Fantasme. Il le regarda alors sortir quelque-chose de sa poche comme au ralenti.

« Comme dans un film... », murmura l'androgyne.
« Ah oui ? », s'amusa Tom.

Il tendit alors devant lui une petite boite qu'il ouvrit. Celle-ci contenait deux bagues en or blanc. Simples mais très représentatives. Tom y avait fait graver leurs noms respectifs et la date de leur rencontre. Pour lui, cette date avait beaucoup plus de signification que le PACS lui-même. Bill avait placé sa main devant sa bouche pour s'empêcher de dire une connerie ou pour éviter de gâcher un moment pareil. Il se servit de son autre main pour venir frôler les bagues mais ne les toucha pas vraiment de peur de les abimer ou de peur de tout simplement voir que tout ceci était faux.

« Alors, tu veux bien la porter en signe de notre amour et pour clairement montrer aux autres que nous sommes ensembles. Je ne veux personne d'autre que toi à mes côtés mon Ange... »

Cette fois-ci, les larmes coulèrent d'elles-mêmes sur les joues du brun alors qu'il hochait la tête positivement. Tom ne fit que lui sourire et prit la bague destinée à son homme pour la lui enfiler sur l'annulaire de sa main gauche. Le dreadeux allait faire de même mais Bill l'en empêcha en prenant sa main dans la sienne. Il prit la bague et la mit au doigt du blond avant de se jeter dans les bras de Tom. Il laissa ses larmes dévaler ses joues. Il n'en revenait pas. C'était encore mieux que dans ses rêves. Le dreadeux entoura la taille de son amoureux et le serra tendrement dans ses bras. Il lui murmura un énième 'je t'aime mon Ange' alors qu'il sentait les larmes de joie de son brun dans son cou. Tout le monde leur laissa quelques secondes de tranquillité avant de les applaudir. Bill avait un sourire immense aux lèvres. Il regarda alors ses meilleures amies qui accoururent vers lui pour le prendre dans leurs bras.

« Vous le saviez hein ?! »
« Bien sûr que oui. On a aidé Tom »
, répondit Maëva.
« Alors, content Billou ? », demanda Aurélie.
« Plus que jamais. »

Il leur montra sa bague plus fier que jamais. Le reste de la soirée se passa dans la joie et la bonne humeur. Les deux 'fiancés', une fois leurs invités partis, décidèrent qu'ils ne débarrasseraient que le lendemain. Après tout, ils devaient fêter ça. Et ils le firent plus que bien. Cette nui-là, Tom fit l'amour à son amoureux deux fois avant qu'ils ne s'endorment dans les bras l'un de l'autre, le sourire aux lèvres. Ils s'étaient trouvés et n'allaient sûrement plus jamais se quitter.


FIN



n

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.83.81.52) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Deutschland-erleben

    30/08/2013

    Je comprends la réaction de Bill, se pacser juste pour les papiers c'est pas la meilleure des motivations, mais il se rattrape bien le petit Tom ^^

  • Tokio-13-Hotel-13

    01/05/2013

    quelle belle fin , trop adorable

  • love-hina83

    03/03/2013

    j ai adoré c etait geniale. j aimerai tellement vivre une histoire d amour comme la leur

  • kissandloveme

    24/02/2013

    ah c'est trop mignon,j'adore la fin ^^

  • Ox-liebe-yaoi-kaulitz-xO

    09/11/2012

    c'est trop mignon ! et le gamin, avec son petit coup de poing.... Rah un vrai casse couille ! XD j'aime beaucoup !

  • SEX-DRUG-ROCKNROLL30

    31/10/2012

    j'ai adoré *_*

  • jijigrace

    12/06/2012

    J'ai super adorée cette mini-fic la fin est troppp biiieeeennnnnnn

  • FicHistoryTh

    07/03/2012

    Une fin à la hauteur du reste, juste géniale ! J'adore tout simplement.

  • Dreams-Haunted

    20/02/2012

    Mdr! =D La coïncidence qui tue: moi aussi ça m'est arrivéde vouloir me défendre avec mon lisseur! Sauf que le mien il était chaud, je venais de lisser les cheveux... Héhé! ^^" En tous cas ça m'a bien fait rigoler, un fou rire énorme!
    Sinon j'ai adoré la fin!!! Ils sont trop mignons!
    Une super fanfic! J'en suis fan!! =)

  • xx-Mlle-ManOn-25-xx

    04/02/2012

    Wohaw ! J'ai vraiment adorée. Tu écris tellement bien. Je te souhaite une bonne continuation, et je vais finir de dévorer ton blog.
    Pavarotti.

Report abuse